Top Info Alicante

Histoire des Hogueras d’Alicante

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Les feux de joie ont lieu à Alicante durant la Nit de Sant Joan, le 24 juin, pour clore ce qu’on appelle les “Hogueras”, fêtes du 20 au 24 juin à Alicante, décrétées d’intérêt touristique international.

Pourtant, au XIXème siècle, la mairie d’Alicante ne les voyait pas d’un bon oeil et les autorités locales avaient décidé de les interdire devant la menace de trouble à l’ordre public qu’elles présentaient. De sévères amendes attendaient les récalcitrants qui ne se plieraient pas aux injonctions municipales.

Après des décennies de répression, en 1881, le conseil municipal oublie de publier l’interdiction, et les habitants en profitent pour se rassembler comme un seul homme dans les rues de la ville. Ils s’adonnent alors à toutes sortes de jeux populaires, s’entourent de musiciens, dansent et, pris d’une euphorie collective, brûlent les premiers « ninots », figurines rudimentaires représentant des personnes qui s’attirent les foudres de la vindicte populaire. Les interdictions continuent cependant de tomber les années suivantes.

En 1928, après plus d’un siècle de persécution officielle, apparaît un certain José María Py. Ce Gaditan d’origine, après avoir vécu à Valence, s’installe à Alicante où il souhaite institutionnaliser la fête de las Hogueras au même titre que les Fallas valenciennes. Il argue du fait que les Fallas sont parfaitement entrées dans les moeurs à Valence, qu’elles sont un patrimoine populaire et que, dans ces conditions, il est injuste de maintenir l’interdiction des feux de joie à Alicante. En outre, il fait remarquer à la mairie d’Alicante qu’à l’instar des Fallas valenciennes, les Hogueras peuvent attirer les touristes et constituent potentiellement une belle manne financière pour la ville. La mairie se range finalement à l’avis de José Maria Py et autorise les Hogueras la même année.

Dès lors, depuis la première édition « officielle » de 1928, le succès a été massif et la fête a génère, à chaque édition, des entrées d’argent considérables. Hélas, en raison de la pandémie de COVID-19, la municipalité a dû suspendre ses Hogueras et la Nit de Sant Joan cette année. Gageons que ce n’est que partie remise.

SOURCE : LEPETITJOURNAL.COM

Pour lire l’article complet, cliquez sur ce texte

 

Articles même catégorie