Logo Top Info Alicante

Réorganisation de l’AVE : Ouigo et Avlo étudient des dates pour leur « low cost » à Alicante

l'AVE

La réorganisation ferroviaire des gares d’Atocha et de Chamartín et le changement de terminus de l’AVE Alicante-Madrid convergent avec les plans déjà annoncés par au moins deux opérateurs leaders du secteur pour mettre en place des services à grande vitesse à bas prix entre les deux villes. Il s’agit, d’une part, d’Avlo, le train à prix réduit de Renfe, et d’Ouigo, lié à la Société nationale des chemins de fer français (SNCF).
Les deux continuent d’étudier des dates précises pour pouvoir démarrer ces nouvelles lignes, en attendant qu’il soit possible de préciser quand aura lieu le déplacement de tous les services AVE d’Alicante vers le terminal de Chamartín : un changement motivé pour donner une sortie à la saturation d’Atocha et de pouvoir accueillir la mise en place des nouveaux services que la libéralisation du secteur a fait naître. Le moment où cette relocalisation aura lieu reste inconnu. Jusqu’à présent, comme le rapporte ce journal, Adif finalise la phase de test du nouvel accès sud pour les trains à grande vitesse, dans le tronçon Atocha-Torrejón de Velasco, ainsi que dans le tunnel à écartement standard construit entre les gares de Chamartín. Clara Campoamor et Puerta de Atocha, avec la prévision qu’ils pourraient entrer en service dans les mois à venir.
La mise en service de ces infrastructures dépendra de l’octroi par l’Agence nationale de la sécurité ferroviaire (AESF) de son autorisation d’exploitation, une fois achevés les contrôles et essais actuellement en cours, selon les mêmes sources. L’évaluation technique préalable pour que ce permis puisse être délivré devrait être abordée dans les prochaines semaines. Pendant ce temps, Renfe maintient ouverte la vente de billets AVE entre Alicante et Atocha via son site Internet au moins jusqu’au 1er juin.
Ainsi, Avlo et Ouigo restent à l’affût, sans annoncer de date officielle pour le démarrage de leurs nouvelles lignes, jusqu’à ce que cette autorisation soit disponible et qu’il soit confirmé que le dernier arrêt de tous les AVE d’Alicante est déplacé à la gare de Chamartin . Ou, le cas échéant, quels trains et à quelles heures pourraient être maintenus à Atocha, au cas où Adif fournirait la solution alternative que la Generalitat, le Conseil provincial et les municipalités d’Alicante, Elche, Orihuela et Villena continuent d’exiger, en plus de différentes organisations professionnelles.
Au minimum, les contacts développés entre la Generalitat et le ministère des Transports, par l’intermédiaire du ministère de la Politique territoriale, ont forcé la tenue d’une prochaine réunion de travail avec la participation de la ministre Raquel Sánchez, qui se tiendra avant la fin de la cette semaine même. Cette prochaine nomination conduit le département régional à continuer d’exprimer sa confiance dans la possibilité d’arbitrer une sorte de solution provisoire permettant à certains trains d’Alicante de continuer à s’arrêter à Atocha malgré le fait qu’il ait été déclaré congestionné, comme l’a déjà rapporté ce journal.
Dans ce contexte, Ouigo a avancé le 14 février que son objectif était de lancer son service low cost entre Alicante et Madrid à l’automne prochain. À ce moment-là, il a annoncé que la route commencerait à fonctionner avec au moins quatre routes quotidiennes (deux allers et deux retours), avec un arrêt à Albacete. L’entreprise relie déjà les villes de Barcelone, Madrid, Saragosse et Tarragone avec ses trains AVE à grande capacité (jusqu’à 509 sièges répartis sur deux niveaux), et il est prévu qu’elle inaugurera également des liaisons entre Madrid et Valence avec six voyages quotidiens (trois allers simples et trois tours), en même temps que les routes entre Madrid et Alicante sont lancées.
De son côté, Avlo a devancé Ouigo et a lancé sa liaison entre Madrid et Valence le 21 février avec des prix de seulement 7 euros par trajet. Le lancement du service a eu lieu aux portes de la célébration des Fallas pour favoriser les déplacements entre les deux capitales à l’occasion de la célébration des festivités. Actuellement, il propose six trajets quotidiens (trois dans chaque direction), ce qui signifie une disponibilité de 2 200 places chaque jour. La ligne fonctionne pour l’instant avec des départs de Valence à 9h28, 16h15 et 21h10, et de Madrid, à 6h30, 12h40 et 18h40. Le temps de trajet est d’une heure et quarante minutes pour les lignes directes et d’une heure et cinquante-deux minutes pour les lignes avec arrêts.
Comme Ouigo, Avlo envisage également d’offrir le service entre Alicante et Madrid pour la suite dans l’attente d’éventuelles dates. Jusqu’à présent, il y avait des spéculations selon lesquelles la première pourrait avoir lieu en novembre, bien que tout semble indiquer que son lancement aura lieu à l’avance. Peut-être même avant la fin de l’été, ce qui offrirait une autre alternative à l’AVE conventionnel pour faciliter les voyages de vacances. En tout cas, les conditions de ce futur service ne sont pas encore connues : ni combien de lignes quotidiennes pourraient être mises en place, à quels horaires ni quels tarifs seraient envisagés. Actuellement, outre la liaison entre Madrid et Valence, Avlo opère déjà entre Madrid et Barcelone, ​​entre Madrid et Saragosse et entre Saragosse et Barcelone.
Sources : alicanteplaza.es – pour lire l’article en espagnol, cliquez ici

partagez cet article :

dernières news

Solverwp- WordPress Theme and Plugin

vous soutaitez recevoir notre newsletter

inscrivez-vous ici