Logo Top Info Alicante

Déja + de 800 articles

Toutes les augmentations en 2023

augmentations en 2023

Nourriture, téléphonie, hypothèques… même timbres : découvrez toutes les augmentations en 2023.

 

2023 apporte des augmentations dans presque tous les services, même si le rythme sera plus modéré que l’année dernière
Les consommateurs ont été soumis à une course à longue distance en 2022 dans laquelle les prix semblaient n’avoir aucun plafond. A titre d’exemple, l’alimentation a atteint 15,3% en novembre. Les prix élevés des carburants ont également été un casse-tête pour de nombreuses familles, sans parler de l’augmentation des prix des prêts hypothécaires. Quelles sont les perspectives pour le prochain exercice ? Même si en 2023 le coût de la vie continuera d’augmenter, cette hausse sera moindre grâce, entre autres, à la chute des matières premières. Les mesures approuvées par le gouvernement dans la dernière partie de l’année apporteront également un certain soulagement. « Il y aura un ralentissement et il est possible que l’inflation chute à des chiffres compris entre 3% et 3,5% », prédit Milagros Dones, conseiller au Collège des économistes de Madrid.

 

En réalité, le résumé est que tout, ou presque, va augmenter en 2023, même si c’est dans une moindre mesure ou à un rythme plus lent qu’en 2022. Et qu’est-ce que presque tout ? Alimentation, voitures, transport aérien, autoroutes, taxis, hypothèques, téléphonie, plateformes de streaming, tabac… même les timbres-poste presque oubliés sont en hausse cette année.

 

Les estimations utilisées par les spécialistes suggèrent que les prix alimentaires augmenteront en moyenne de 5% en 2023 après les fortes hausses de ces mois et malgré les décisions de l’exécutif de réduire ou supprimer la TVA sur bon nombre de produits. L’augmentation, évidemment plus modérée, a l’inconvénient de provoquer un effet cumulatif. Par exemple, le lait a accumulé une augmentation de prix de 30,9% en 2022, les œufs, 27,1%, et l’huile d’olive extra, la plus haute qualité, a accumulé une augmentation de 56% par rapport à la campagne de l’année dernière. « Les coûts alimentaires sont liés aux matières premières et ceux-ci ont grimpé en flèche en 2022, notamment à cause de la guerre, mais maintenant ils sont en baisse », explique Milagros Dones, qui pointe également un relâchement des prix alimentaires pour cette raison des carburants.

 

LES CARBURANTS PEUVENT ÊTRE L’EXCEPTION

Les prix de l’essence et de l’énergie ont été ceux qui ont subi le plus de distorsions à la suite de l’invasion de la Russie. Durant l’été, le litre de diesel et d’essence a grimpé en flèche à deux euros. Cette tendance s’est corrigée en fin d’année. Le prix moyen des carburants en Espagne a poursuivi sa tendance à la baisse au cours de la dernière semaine de l’année. Le litre d’essence s’est situé cette semaine à 1,565 euros, après avoir chuté de 1,57% par rapport à la précédente, tandis que celui de diesel s’établit à 1,643 euros, soit 1,08% de moins par rapport aux sept derniers jours.

 

Pour cette raison, le gouvernement a retiré les remises sur le carburant qu’il avait mises en place en 2022. Javier Méndez, économiste et secrétaire général de l’Institut espagnol des analystes financiers, explique que les temps des ajustements et la fin des politiques expansionnistes arrivent. Cela se traduit par la fin des remises généralisées, comme l’essence.

 

Malgré cela, l’Agence internationale de l’énergie a averti qu’en 2023, il pourrait y avoir une augmentation des prix en raison de la situation actuelle du marché mondial. « Il est très difficile de faire des prévisions sur ce qui se passera l’année prochaine. Il y a des facteurs qui exercent une pression à la fois sur l’offre et sur la demande », expliquent des sources de l’Association espagnole des opérateurs de produits pétroliers (AEOP).

 

L’embargo russe sur le pétrole imposé par l’Union européenne pourrait faire grimper les prix du pétrole brut, ainsi que de nouvelles réductions de l’offre par l’OPEP. « Leurs mouvements sont imprévisibles, ils peuvent réduire la production à tout moment et cela modifierait les prix », explique l’AEOP. Du côté de la demande, la consommation pourrait être affectée par la baisse de l’emploi et le ralentissement de l’économie.

 

L’ÉLECTRICITÉ ET LE GAZ DONNERONT UNE RESPIRATION AUX CONSOMMATEURS
L’approvisionnement en électricité et en gaz a connu de fortes augmentations en 2022 et est devenu un véritable produit de luxe pour de nombreuses familles. Le prix du mégawattheure a battu tous les records cette année. Même ainsi, dans la dernière partie de l’année, les augmentations de l’énergie se sont modérées. Le chauffage, l’éclairage et la distribution d’eau ont fermé en 2022 avec une baisse de 2,3% de l’IPC d’une année sur l’autre, même s’il faudra attendre de voir l’évolution au niveau international et la crise en Ukraine pour observer l’effet sur marché de l’énergie en 2023.

 

La facture moyenne d’électricité au tarif réglementé est devenue jusqu’à 33% plus chère par rapport à 2021, si bien que les consommateurs ont dû faire face à des recettes en hausse d’environ 270 euros. Rien qu’en décembre, la facture d’électricité a augmenté de 10,24 % par rapport à novembre – le plus bas en 16 mois

 

 

SOURCE : INFORMACION.ES

Pour lire l’article complet en espagnol, cliquez sur ce texte

 

Solverwp- WordPress Theme and Plugin