Logo Top Info Alicante

Dossier : La nouvelle loi pour les immigrés en Espagne

immigrés en Espagne

Quoi de neuf pour les immigrés en Espagne

L’Espagne est à la recherche de main d’œuvre, pour cela elle a mise en place une nouvelle loi a destination de tout ceux qui désirent immigrer sur son territoire. L’objectif principal est de faciliter l’accès aux autorisations et permis de séjour sur le territoire espagnol. Sans aucun doute, ces changements profiteront à tout étranger sur le territoire espagnol.

 

De manière générale, cette réforme s’articule autour de trois grands axes :

En premier lieu, faciliter l’obtention d’un permis de travail pour les étrangers hors UE, tant salariés qu’indépendants (favorisant ainsi également le travail indépendant)
Deuxièmement, pour faciliter l’obtention de permis de travail compatibles avec le permis de séjour pour études, ainsi que pour faciliter la modification d’un permis de séjour et de travail à la fin de la formation.
Et, enfin, créer une nouvelle figure de résidence pour les étrangers en situation irrégulière afin qu’ils puissent recevoir une formation et commencer à occuper des emplois techniques qui nécessitent du personnel (un nouvel enracinement)

 

Parmi les nouvelles règles, voici celles qui vous intéressent particulièrement :

  • Les renouvellements des cartes de séjour seront de 4 ans (au lieu de 2)

Cela pourrait sans doute être l’une des mesures les plus importantes et les plus avantageuses de toute la réforme de l’immigration.

Eh bien, maintenant, il sera très facile pour les étrangers de rester en Espagne à long terme.

Jusqu’à présent, le processus était le suivant : vous obteniez votre carte temporaire pour 1 an, renouvelée pour 2 années supplémentaires, renouvelée à nouveau pour 2 années supplémentaires, puis vous pouviez obtenir la résidence de longue durée.

Maintenant cela change radicalement, et après la première carte 1 an, le renouvellement se fera pour 4 ; facilitant grandement la vie des étrangers dans le pays et éliminant une charge bureaucratique importante.

Mais ce n’est pas tout.

De plus, les renouvellements seront désormais beaucoup plus faciles, avec des exigences moins exigeantes.

Eh bien, le nouveau règlement évitera les situations d’irrégularité soudaine, rendant les hypothèses de renouvellement plus flexibles.

A condition d’avoir travaillé seulement 3 mois (au lieu de 6) et d’avoir recherché activement un emploi (avec inscription au SEPE), une première autorisation de séjour et de travail ou d’ancrage social, par exemple, peut être renouvelée.

 

  • De plus grandes facilités pour l’obtention d’un permis de travail indépendant

Le gouvernement entend également aider les travailleurs indépendants en obtenant leur permis de travail.

Ainsi, l’objectif est de réduire les exigences actuelles que tout étranger doit remplir pour demander un permis pour exercer son activité économique en tant que professionnel indépendant en Espagne.

De manière plus concrète et importante, les moyens économiques que l’étranger doit présenter dans la demande pour démontrer que le projet bénéficiera d’un soutien financier suffisant sont réduits.

En plus de cela, ils ont commencé à contempler les chiffres du travail indépendant qui sont très actuels dans l’économie actuelle, comme les personnes ayant des magasins en ligne ou qui offrent des conseils en ligne.

 

  • Plus grandes facilités en matière de regroupement familial (réduction des moyens nécessaires)

Désormais, regrouper vos proches et les amener en Espagne avec vous sera beaucoup plus facile.

Et cela est vrai surtout pour tous ceux qui ont moins de revenus. Eh bien, les exigences économiques pour mener à bien cette procédure ont été réduites, étant désormais moins exigeantes.

Par exemple, on retrouve le cas des enfants mineurs. Désormais, si vous gagnez 1 000 € par mois (équivalent du Salaire Minimum Interprofessionnel) vous pouvez regrouper tous vos enfants, quel qu’en soit le montant.

Et, si vous n’atteignez pas ce salaire, vous devez justifier de 110% du Revenu Minimum Vital (ce qui serait de 702 € au total) pour pouvoir regrouper un mineur, et de 64 € supplémentaires pour chaque enfant que vous souhaitez également amener avec vous.

 

  • De grands changements dans l’emploi

Le marché du travail va subir des changements importants.

En premier lieu, il ne sera relégué qu’aux étrangers qui ont travaillé légalement dans le passé mais qui sont actuellement en situation irrégulière au moment de la demande.

Alors, qu’adviendra-t-il de ces étrangers qui ont travaillé irrégulièrement ?

Ces cas doivent bénéficier d’un nouveau chiffre, différent, appelé autorisation de circonstances exceptionnelles en collaboration avec les autorités du travail.

De plus, les 2 ans requis en Espagne sont maintenus, mais à la différence que maintenant vous devez prouver que vous avez travaillé 6 mois en faisant plus de 30 heures par semaine ou 15 heures par semaine dans le calcul d’un an.

De cette façon, il devient plus flexible et accepte les situations de travail à temps partiel.

Et, enfin, la figure des indépendants est incorporée dans l’établissement du travail. En d’autres termes, ceux qui sont indépendants depuis au moins 6 mois peuvent également demander ce permis de séjour.

Modifications dans les exigences des racines sociales

Un ajustement majeur facilitera grandement l’accès et l’enracinement social.

Jusqu’à présent, il fallait trouver un contrat d’un an pour postuler à ce chiffre. Eh bien, avec l’entrée en vigueur de la réforme, cela ne sera plus nécessaire, car tout contrat garantissant un salaire et une durée minimum en vaudra la peine.

Autrement dit, un contrat de 3 mois, par exemple, serait suffisant.

Plus précisément, s’il s’agit d’un contrat unique, le demandeur doit simplement démontrer (au moment de la demande) que le salaire à percevoir est au moins le Salaire Minimum Interprofessionnel (SMI).

Si, en revanche, des racines sociales sont demandées avec plus d’un contrat (c’est-à-dire plusieurs offres à temps partiel), chose tout à fait possible, il sera important de s’assurer que la somme des jours n’est pas inférieure à 30 heures dans le calcul global, et que le montant total à recevoir est, encore une fois, au moins le SMI.

Mais, en plus, le contrat pourrait avoir une durée minimale de 20 heures si vous avez des enfants mineurs.

Les racines familiales remplaceront la carte communautaire dans de nombreux cas

Encore un gros changement ! Tous les parents d’Espagnols entreront désormais dans le régime général, puisque leurs autorisations se feront par racines familiales, et non sous forme de carte communautaire.

Cela comprend le partenaire, le conjoint, les descendants et les ascendants ; ainsi que les parents d’enfants espagnols.

Dans ce dernier cas, ils obtiendraient leur carte tant qu’ils cohabiteraient avec le mineur, ou qu’ils ne cohabiteraient pas mais qu’ils seraient à jour de leurs obligations de parent-enfant sans cohabiter avec le mineur.

 

  • Quant aux ancêtres espagnols (maintenant dus aux racines familiales), nous avons aussi une très bonne nouvelle !

Il y a une nette différence entre deux cas : les plus de 65 ans qui ne vivent pas sous leur garde pourront obtenir directement leur résidence, et les ascendants de moins de 65 ans devront prouver qu’ils vivent sous leur garde pour formaliser leur famille. les racines.

De plus, la possibilité pour les aidants de personnes handicapées qui vivent avec la famille de la personne handicapée d’obtenir également cette résidence est incorporée.

 

Découvrez la nouvelle loi  complète en espagnol en cliquant ici

 

partagez cet article :

dernières news

Solverwp- WordPress Theme and Plugin

vous soutaitez recevoir notre newsletter

inscrivez-vous ici