Top Info Alicante

Les experts préviennent que le contrôle des loyers stimulera le marché noir

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Promoteurs, agents immobiliers et professeur de l’UA spécialiste du logement Paloma Taltavull conviennent que la fixation d’un taux maximum réduira l’offre – Le loyer moyen d’un appartement dépasse 700 euros par mois, pour une moyenne de 1 200 euros de salaires
La future loi sur le logement du gouvernement a une queue. Experts, promoteurs et Apis préviennent qu’une intervention de l’Administration, centrale, régionale ou municipale dans les prix des loyers va réduire l’offre d’appartements locatifs et relancer l’économie souterraine, dans une province où la demande dépasse l’offre dans ce créneau du marché immobilier, et dans laquelle l’usine de 50 000 logements dédiés à la location touristique fait également grimper les prix moyens. Le contrôle de la pandémie de covid a commencé à avoir un effet stimulant sur la demande de logements locatifs, en particulier pour les grandes maisons avec des espaces plus grands comme les maisons construites dans les urbanisations et les chalets.

Experts, promoteurs et agents immobiliers s’accordent, en ce sens, à ce que la régulation des prix de location affectera sans aucun doute une réduction de l’offre, déjà rare pour les besoins d’Alicante, notamment des jeunes qui ont du mal à s’émanciper et dynamisera la l’économie souterraine et le marché noir. Le tout dans une province où le prix moyen dépasse les 700 euros par mois, alors que le salaire est de 1 200 euros en quatorze versements.

Hier, et bien qu’il s’agisse pour le moment d’un accord de gouvernement entre le PSOE et Podemos face à la préparation des budgets généraux de l’État, le rejet du secteur a été brutal, comme transféré de Provia, son secrétaire général, Jesualdo Ros, et de l’Association des Agents Immobiliers (Apis), sa présidente, Marifé Esteso, s’est montrée catégorique. « Si les prix de location interviennent et ne donnent pas de sécurité juridique au propriétaire, les logements n’iront pas sur le marché locatif. Un non-sens ».

Dans des municipalités comme Alicante, où le terme entier est indiqué par la Generalitat comme souligné dans les prix de location, le maire, Luis Barcala (PP), souligne que « nous n’appliquerons pas d’augmentations folles de l’IBI et sans qu’ils veuillent l’imposer aux nous par la loi Nous irons au tribunal. Selon le projet, cependant, la hausse de l’IBI pour les logements vacants s’appliquerait aux soi-disant grands propriétaires, banques et fonds d’investissement, quelque 2 000 appartements dans la province.

SOURCE : INFORMACION.ES

Pour lire l’article complet en espagnol, cliquez sur ce texte

Articles même catégorie

Dernières infos

Inscrivez-vous afin de recevoir régulièrement nos dernières infos et bons plans.