Top Info Alicante

Hausse du Covid et pass sanitaire en Espagne

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

Depuis que la France a commencé à exiger cet été le pass sanitaire, une douzaine de pays lui ont emboité le pas. Ceux qui vivent en Espagne ont jusqu’ici échappé à ces restrictions de mouvement, mais la hausse du Covid pourrait bien changer la donne. 

Alors que l’Europe subit une nouvelle vague de covid-19, qui arrive cette fois par l’est, avec des taux d’incidence jamais enregistrés auparavant dans certains pays, l’Espagne commence malheureusement à sentir les premiers effets de cette vague et la tendance s’accélère, bien qu’à un rythme plus lent que dans le reste du continent.

L’incidence a presque doublé en un mois en Espagne

Il y a tout juste un mois, le 15 octobre, l’Espagne était sous le seuil de risque moyen pour l’incidence, avec 40,52 cas pour 100.000 habitants, selon les données du ministère de la Santé. Au 1er novembre, on en était à 49 cas et, en seulement 15 jours, cet indicateur a grimpé à 96,12, soit pratiquement le double en un mois.

Les régions voisines de la France, les plus touchées

Cependant, il y a de grandes différences entre les régions autonomes, les plus touchées étant d’ailleurs les régions voisines de la France. Ainsi, les hausses les plus importantes sont observées au Pays basque, avec un taux de 188, en Navarre (203), en Aragon (143) et en Catalogne (120). Il ne reste plus que trois communautés à faible risque (taux inférieur à 50): l’Andalousie, les Asturies et Ceuta. Les autres ont un risque moyen (Madrid, 80 ; Valence, 88).

Cette hausse ne semble toutefois pas avoir eu d’impact sur les unités de soins intensifs, où le taux d’occupation, de 4,6%, est toujours en dessous de la limite de risque de 5%. Il faut néanmoins signaler que les augmentations les plus importantes sont survenues chez les enfants de moins de 12 ans (non vaccinés) et chez les adultes âgés de 30 à 49 ans. Enfin, 80% des personnes infectées ne sont pas vaccinées et, parmi ces cas, les 80% qui ne sont pas vaccinés tombent très malades ou meurent.

L’Espagne est l’un des pays où le taux de vaccination est le plus élevé. A ce jour, 90,6% de la population en droit d’être vaccinée ont reçu la première dose, tandis que 89% ont eu les deux. Cependant, compte tenu de la situation de plus en plus critique dans certains pays européens, les autorités espagnoles commencent à s’inquiéter et à regarder ce que font les pays voisins.

Concrètement, des pays comme l’Autriche ont choisi de confiner les personnes non vaccinées contre le Covid-19 et de ne les autoriser à sortir de chez elles que pour des raisons justifiées ou des activités essentielles. D’autres pays, comme la Roumanie, ont interdit à leurs citoyens non vaccinés de sortir le soir. Enfin, une douzaine de pays européens, le premier à l’instaurer ayant été la France, exige un pass Covid pour entrer par exemple dans les restaurants, les bars, les musées ou les cinémas.

Pass sanitaire: feu vert de la justice espagnole

En Espagne, la Galice, suivie par d’autres régions, avait été la première communauté autonome à exiger cet été un pass sanitaire pour accéder aux discothèques et restaurants. La mesure avait été suspendue par les tribunaux régionaux pour violation des droits fondamentaux. Mais la Cour suprême a tranché en faveur des restrictions. Les magistrats considèrent qu’ils s’agit d’une mesure adéquate, nécessaire et proportionnée, dont le bénéfice serait « bien supérieur au sacrifice qu’implique l’obligation de présenter la documentation pour accéder aux locaux« .

Depuis lors, les tribunaux régionaux donnent à nouveau le feu vert à cette mesure de contrôle et le pass sanitaire est maintenant obligatoire dans plusieurs communautés telles que la Catalogne, les îles Baléares, Valence, la Galice et les îles Canaries pour accéder aux lieux de vie nocturne.

Le Pays Basque, la Catalogne ou Castilla Leon envisagent désormais d’étendre son utilisation aux lieux fermés où le masque doit être retiré (restaurants, bars) ainsi qu’aux événements culturels et aux salles de sport si l’épidémie s’aggrave.

Par Armelle Pape Van Dyck

SOURCE : LEPETITJOURNAL

Pour lire l’article complet, cliquez sur ce texte

Articles même catégorie