Logo Top Info Alicante

Déja + de 800 articles

L’été à Alicante continue…

plage d'alicante

Alicante commence novembre avec des maximums de 27 degrés, de l’air du Sahara et aucune trace de pluie. C’est toujours l’été à Alicante !

Le secteur du tourisme ferme un bon pont, en particulier dans l’industrie hôtelière grâce aux touristes et aux clients d’Alicante eux-mêmes

L’été hésite à quitter la Costa Blanca. Les habitants d’Alicante et les touristes qui ont pu profiter de ce pont dans la province ont vérifié que la saison s’étire et s’étire et ce lundi, par exemple, les thermomètres atteignent à nouveau 27/28 degrés en début d’après-midi -26 degrés ont marqué le thermomètre à 12:30h.

Encore loin des 30,6 degrés maximum qui ont été enregistrés à Alicante en novembre 1985, un record pour ce mois depuis le début des relevés, mais qui confirme un fait : depuis 2016, on constate que la chaleur de la première quinzaine de novembre est un fait, et ainsi de suite pendant les deux prochaines semaines, selon les prévisions de l’Agence météorologique nationale. Chaleur favorisée, selon Jorge Olcina, directeur du Laboratoire de climatologie de l’Université d’Alicante, en raison de l’entrée continue d’air du Sahara, qui s’est répétée ce mardi.

 

La nuit d' »Halloween » elle-même a également été douce, notamment sur la côte, où les thermomètres ne sont pas descendus en dessous de 18 degrés. Un jour de plus, les plages de la province regorgent de beau temps et du caractère festif de la journée.
Un pont, donc, formidable pour le secteur du tourisme, notamment pour l’hôtelier. Et ainsi de suite, pour l’instant, jusqu’à une bonne partie du mois car aucune pluie n’est attendue et, de plus, le risque de gouttes froides s’estompe. Jorge Olcina rappelle, en ce sens, que cette situation est favorisée par un changement climatique qui fait que l’été commence en juin et se termine en novembre, s’étirant à l’extrême, selon le climatologue.

 

L’occupation des hôtels et des appartements dépasse -sauf à Benidorm- de quatre points le pont de la Toussaint en 2019 et le volume économique sera de 10 millions d’euros en quatre jours. Renfe a renforcé l’AVE avec Madrid avec 1 500 sièges supplémentaires en programmant 4 trains en double composition. Le trafic estime, pour sa part, qu’environ un million de véhicules circulent depuis vendredi sur les routes de la province, la plupart étant des déplacements internes des habitants d’Alicante eux-mêmes. Cet après-midi tous les AVE en direction de Madrid sont pleins.

 

Le pire, c’est que la chaleur s’ajoute au fait qu’il ne pleut pas non plus en tête du Tage, ce qui, compte tenu des 7,5 hm3 d’approvisionnement urbain en attente d’arrivée en raison du transfert fermé pour travaux ce mois-ci, la réserve est de 65 hm3 à partir de la fermeture totale.

 

L’été était déjà chaud et sec dans la Communauté valencienne. La température moyenne était de 25,3º, soit 2,3º de plus que la moyenne normale (23º) et les précipitations cumulées étaient de 42,5 l/m², soit 45% de moins que celle de la climatologie de référence (60,9 l/m²). . Il n’y a pas de précédent pour un été aussi chaud que cette année. En moyenne, il a dépassé les records de l’été historique de 2003 de 0,3º, selon Aemet.

 

Bien qu’il y ait eu plusieurs pics de chaleur, le plus significatif a été la persistance de températures anormalement élevées. Sur les 110 jours entre le 1er juin et le 18 septembre, 103 ont eu une température moyenne supérieure à la moyenne normale. Ce n’est que les 27, 28 et 30 juin, les 1er et 7 juillet et les 18 et 19 août que les températures ont été inférieures à la moyenne normale.

 

Le jour le plus chaud de juillet a été le 25. Ce jour-là, les températures ont atteint 44,9º à Orihuela, 44,5 à Elche, 43,5 à Petrer et Novelda et 43,0 à Monòver. À l’aéroport d’Alicante/Elche, le maximum était de 42,4º, ce qui est la valeur la plus élevée de cet observatoire depuis le début des relevés (1967).

 

Le 13 août a été la journée la plus chaude de l’été dans la Communauté valencienne. Le 13, non seulement des températures extraordinairement élevées ont été enregistrées, en particulier dans la province d’Alicante, mais il y a également eu des tempêtes sèches et des vents chauds et secs en certains points des trois provinces. La température maximale enregistrée ce jour-là à l’observatoire d’Alicante, 42º, est le maximum historique enregistré dans la ville au moins au cours des 125 dernières années.

 

Au fur et à mesure que l’été avançait, les nuits devinrent plus chaudes, jusqu’au 13 août, qui fut la nuit la plus chaude du trimestre. Les minimales de cette journée à l’observatoire de Valence, 27,5°, et à l’observatoire d’Alicante, 28,6°, sont les plus élevées dans ces observatoires puisqu’il existe des records. À Castellón de la Plana, avec un minimum de 26,6 °C, ce fut la nuit la plus chaude depuis le 15 août 1919 (27,0).

 

À l’observatoire d’Alicante, le nombre de nuits tropicales en 2022 dépasse désormais 120. L’un des facteurs qui a influencé le fait que les températures minimales aient été si élevées a été la température anormale de la surface de l’eau de mer. Pendant plus de la moitié des jours du 14 mai au 17 septembre (72 jours sur 127), le record de température moyenne de surface de la mer à

 

Il a atteint le maximum historique quotidien depuis au moins 1959 lorsqu’il a touché 30 degrés – aujourd’hui, il est encore de 24 degrés, trois au-dessus de la normale.

 

Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a présenté les dernières données sur les changements provoqués par le réchauffement climatique et les changements soudains auxquels on peut s’attendre à court terme. êtres humains. En fait, nous commençons déjà à subir des conséquences telles que les canicules extrêmes de l’été dernier.

 

Pour lire l’article en espagnol c’est ici

Solverwp- WordPress Theme and Plugin