"Art de vivre & infos pratiques"

Energie solaire : autoconsommation partagée

enrgie-solaire- autoconsommation

Energie-solaire-autoconsommation

Alicante, avec 1 074 installations, se classe parmi les cinq principales provinces espagnoles en matière d’autoconsommation partagée

 

L’autoconsommation partagée en Espagne conserve une pénétration résiduelle. Il s’agit d’un modèle dans lequel un groupe de consommateurs se nourrit d’électricité provenant d’une seule source qui alimente plusieurs approvisionnements. Certes, ces dernières années, de nombreux foyers espagnols ont fait le saut vers l’installation de panneaux solaires pour réduire leur facture d’électricité, mais le font avec des installations individuelles. La propre idiosyncrasie du parc immobilier en Espagne, principalement composé de bâtiments résidentiels, a entravé l’instauration de ce modèle, mais il devient progressivement une option pour de nombreuses familles. Et dans ce contexte, Valence prend position et se positionne comme la cinquième province ayant le plus grand nombre de fournitures d’autoconsommation collective.

 

Plus précisément, au niveau national, on recense environ 28,8 millions de fournitures électriques, dont 433 000 correspondent à l’autoconsommation. Cependant, le modèle prédominant en Espagne est l’individuel, c’est-à-dire les panneaux solaires que l’on voit sur de nombreuses toitures de maisons individuelles ou d’entreprises, tandis que l’autoconsommation collective enregistre environ 17 150 points, ce qui représente 0,05% du total en Espagne, selon un rapport d’Aldea Energy, une entreprise valencienne spécialisée dans la génération de communautés solaires.

 

« Actuellement, le concept d’autoconsommation collective représente un aspect crucial et émergent dans le panorama de la durabilité énergétique, car la configuration des villes, où se concentre un grand nombre de bâtiments résidentiels, rend impossible l’autoconsommation individuelle », commente Roberto Rubio, cofondateur et PDG de la société. La société fonde son modèle sur l’installation de panneaux à usage collectif sur les toits d’entrepôts situés dans un rayon de deux kilomètres des habitations pour produire de l’énergie renouvelable pour les entreprises et les particuliers. Jusqu’à présent, la plupart des installations d’autoconsommation sont montées sur des logements ou des entreprises avec de grandes toitures. C’est pourquoi la pénétration de ce modèle partagé est encore minime.

 

Selon le rapport valencien sur l’autoconsommation collective en Espagne, à la fin de décembre 2023, les Asturies étaient la région avec la plus grande pénétration de cette alternative énergétique, dépassant les 3 200 fournitures. Elles sont suivies de Barcelone avec plus de 2 200 fournitures, de Navarre (1 748), de Madrid (1 556) ; Alicante (1 074) et Valence (953). Castellón, quant à elle, se situe au milieu du classement avec 291 fournitures, selon les données de la société.

 

En revanche, du côté opposé, trois provinces ne disposent d’aucune installation de ce type, à savoir Lugo, Ourense et Segovie. De plus, cinq autres n’enregistrent pas plus de 10 points : Tolède (10), Soria (9), Zamora (5), Guadalajara et Ciudad Real (3) et La Corogne (1). Au niveau municipal, bien que les principales villes espagnoles aient un nombre plus élevé de fournitures actives par rapport aux plus petites, des localités comme Oviedo, Cáceres ou Crevillent se distinguent par leur forte pénétration de l’autoconsommation collective.

 

En termes de taux de pénétration, Orexa (Gipuzkoa) se classe dans le top 3, soutenue par une coopérative énergétique ; Cedillo (Cáceres), promue par une entreprise privée d’énergie ; et Abaurrea Alta (Navarre), où plus de 24 % des fournitures locales sont liées à une ou plusieurs installations d’autoconsommation collective. Dans le cas valencien, les localités castillanaises de Todolella et Portell de Morella ainsi que la valencienne Bicorp figurent au classement.

 

Avec ces données, selon Aldea Energy, « on constate qu’une grande proportion des adhésions à l’autoconsommation collective provient de populations de taille plus réduite ». Les raisons ? « Dans les municipalités de plus petite taille, il est relativement plus facile d’atteindre un pourcentage élevé de couverture d’autoconsommation par rapport aux municipalités de plus grande envergure en raison, principalement, du nombre de toits disponibles pour installer des panneaux solaires et de la puissance optimale nécessaire pour répondre aux besoins énergétiques de toute la communauté », indique le rapport.

 

De plus, les données d’Aldea Energy suggèrent qu’il n’existe pas de corrélation directe entre le nombre d’heures d’ensoleillement et l’installation de systèmes d’autoconsommation partagée. « Ce phénomène indique que la décision de mettre en œuvre ce modèle est influencée par de multiples facteurs tels que l’ignorance, la prise de décision complexe de la communauté, les tracasseries administratives, plutôt que le temps d’amortissement », souligne la société. Face à cette situation et à la faible part que cette alternative détient en Espagne, Rubio assure que la croissance des prochaines années sera exponentielle, bien qu’il reconnaisse qu’elle a encore des défis à relever, allant de la gestion d’intérêts divers aux obstacles financiers et réglementaires. « C’est pourquoi, les administrations et les distributeurs sont fortement sollicités pour accélérer les processus de mise en place des installations afin de pouvoir offrir un service de qualité aux citoyens », souligne la société.

Déja + de 1000 articles

Nos derniers articles

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux

Facebook
LinkedIn

Solverwp- WordPress Theme and Plugin

Pour recevoir notre newsletter

Inscrivez-vous ci-dessous !