Topinfo Alicante

Le web magazine de l’art de vivre à Alicante

Avez-vous peur de ne plus porter de masque ?

Nous avons rencontré des piétons vaccinés qui nous disent être réticents à retirer le masque dans les espaces ouverts, malgré le fait que son utilisation a cessé d’être obligatoire il y a une semaine. Une question de bon sens et de responsabilité.

Telle pourrait être la phrase qui résume la décision de ceux qui ont décidé de ne pas se débarrasser des masques malgré le fait qu’ils ne soient plus obligatoires dans les espaces ouverts où la distance de 1,5 mètre peut être maintenue ; mais aussi, celui de ceux qui l’enlèvent dans des espaces ouverts avec suffisamment d’espace. Mais, dans certains cas, il semble que la peur de laisser le masque derrière soi soit toujours présente et que marcher dans la rue voit une grande majorité de personnes portant des masques. Parmi eux, ceux appartenant à ces tranches d’âge qui ont déjà été vaccinées, qui hésitent encore à cesser de se protéger d’un virus qui n’est pas encore parti et dont les infections augmentent dans la province et aussi dans la Communauté.

Se promener dans de nombreuses villes, c’est voir à quel point la majorité sont ceux qui n’ont pas laissé le masque derrière eux. Bien que l’on puisse voir des groupes, en particulier des jeunes, qui les portent sur leur menton ou suspendus à leurs poignets et coudes ; beaucoup d’entre eux appartenaient à des groupes qui n’avaient pas encore été vaccinés avec aucune des doses en raison de leur groupe d’âge. Mais, qu’est-ce qui fait que les personnes âgées gardent le masque ? Eh bien, la peur d’être infecté même s’ils sont vaccinés et de pouvoir transmettre la maladie dont ils ont « fui » depuis mars 2020.

«Je m’y suis habitué, ça ne me dérange presque plus. Et c’est plus le bien que cela me fait que celui qui m’enlève », a déclaré à ce journal une femme âgée déjà vaccinée qui sortait de la plage Poniente de Benidorm. Comme elle, beaucoup ont pris la même position par « conscience et responsabilité », disent-ils. « Il faut avoir du bon sens. Je l’enlève dans certaines rues, mais je sais quand le remettre », confie un jeune homme d’une trentaine d’années. Dans cette tranche d’âge, qui commencera à se faire vacciner à partir de lundi, les avis sont de toutes sortes : « J’ai continué à le porter tout le temps, je ne l’enlève pas ; surtout maintenant avec les hauts et les bas que l’on voit », confie une jeune femme.

SOURCE : INFORMACION.ES

Pour lire l’article complet en espagnol, cliquez sur ce texte

 

Autres articles dans cette rubrique

Inscrivez-vous

Afin d’être informé régulièrement des nouveautés sur Topinfo Alicante

Nos partenaires

Devenez partenaire