Logo Top Info Alicante

Déja + de 800 articles

5 mois d’été à Alicante et dans sa province

5 mois d'été à Alicante

Le changement climatique rend possible cinq mois d’été à Alicante et allonge la saison touristique

La climatologie confirme que la saison la plus chaude de l’année envahit déjà une partie du printemps et de l’automne sur la Costa Blanca

 

La saison touristique va atteindre des extrêmes grâce au changement climatique, mais les étés seront beaucoup plus intenses et « inconfortables » sur la Costa Blanca. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus les experts du panel intergouvernemental qui analyse les fluctuations que connaît le climat dans le monde en général et en particulier dans la région méditerranéenne, comme l’a démontré cette année, avec un été qui a déjà duré cinq mois. , avec une eau de mer à 24 degrés alors qu’elle devrait être autour de 21, et avec la prévision que le beau temps et la chaleur dureront jusqu’à la mi-novembre, selon l’estimation de Jorge Olcina, directeur du Laboratoire de climatologie de l’Université d’Alicante.

 

Pas une trace des pluies tant attendues et un fait : le changement climatique permet à l’été de commencer en juin et de ne se terminer en province que fin octobre, voire mi-novembre, avec, en plus, quelque 120/140 nuits dans lequel la température ne tombe pas en dessous de 20 degrés. Il ne devrait pas pleuvoir avant la deuxième semaine de novembre et ce n’est qu’une prévision, puisque la période de plus grand risque de gouttes froides commence à entrer dans sa dernière ligne droite.

 

La mer Méditerranée continue avec des températures inhabituellement élevées, avec des valeurs allant de 22 à 24 ºC dans les environs du golfe de Valence et des îles Baléares. Dans certaines parties de l’archipel, il reste à 24-25 ºC, ce qui est scandaleux. La température de la mer se situe entre 2 et 4 ºC au-dessus de la normale. Cette situation suppose un plus d’énergie en cas de baisse d’air froid en hauteur sur la Méditerranée. Bien qu’il n’y ait pas pour l’instant de scénarios de grande instabilité en vue, à l’heure actuelle, les prévisions changent rapidement.

 

Une circonstance qui, selon les experts, nous oblige même à repenser la saison touristique car alors qu’en Méditerranée les étés, et plus particulièrement les mois de juillet et août, vont être étouffants à Alicante, dans d’autres pays clés tels que les émetteurs de touristes comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne seront douces et sèches. «Mais en regardant du côté positif, nous avons l’extension à travers les extrêmes, à des mois comme juin, octobre et même novembre. On ne parle pas de températures extrêmes, de records car on trouvera toujours une journée avec des points chauds. La principale caractéristique de cette nouvelle situation est la prolongation des journées chaudes », explique Jorge Olcina.

 

« On ne parle pas de températures extrêmes, de températures record, car on trouvera toujours un mois d’octobre avec des points chauds. Ce qui est nouveau, c’est l’extension des journées chaudes »
Jorge Olcina – Directeur du Laboratoire de Climatologie de l’Université d’Alicante
Le professeur Jorge Olcina souligne, en ce sens, que le réchauffement de la mer est imparable depuis 1982 et nécessite de prendre des mesures difficiles mais nécessaires. Selon cet expert, le changement climatique va faire, par exemple, qu’on a une grosse tempête maritime tous les deux ou deux ans et demi, alors qu’il y a 20 ans elles étaient beaucoup moins fréquentes. Ils vont aussi être plus intenses, et pas seulement dans la génération de pluies torrentielles, mais aussi dans la plus grande virulence de la mer battant contre la côte.

 

Pour cette raison, Olcina insiste sur le fait qu’il est urgent de revoir la loi côtière de 2013, qui a prolongé les concessions de logement et d’entreprise jusqu’à 75 ans supplémentaires. « Ce n’est pas que le niveau de la mer va monter excessivement, mais l’intensité, la force et la fréquence des tempêtes vont augmenter. C’est un travail de moyen/long terme mais il faut agir ».

 

Olcina souligne que « l’on peut parler d’une sorte de « méditerranéenisation » des effets du changement climatique sur la côte méditerranéenne espagnole, un processus caractérisé par une perte de confort thermique, par une augmentation des températures maximales et, surtout, minimales (tropicales nuits) ».

 

De plus, à cela s’ajoute, selon Olcina, que le changement climatique provoque « une augmentation significative des extrêmes atmosphériques avec des épisodes de pluies intenses qui ne sont pas utilisables, et des épisodes de sécheresse plus intenses, de durée plus courte mais d’apparition plus fréquente. La présence d’une mer de plus en plus chaude dans le bassin méditerranéen joue un rôle déterminant dans ces manifestations régionales du réchauffement climatique.

 

Un rapport du ministère de la Transition écologique sur la relation entre tourisme et climat révèle que la perception qu’ont les touristes du confort climatique de la destination peut être aussi importante, voire plus, que les données climatiques elles-mêmes. La façon dont les touristes vivent le climat influence leur satisfaction à l’égard de la destination, leur intention de la visiter à nouveau dans le futur et le message qu’ils communiquent aux autres touristes.

 

Des données qui peuvent fournir des informations clés sur le comportement du système touristique face à de tels événements à l’avenir, tout en offrant une opportunité pour la conception et la mise en œuvre de stratégies d’adaptation qui peuvent être mises en pratique lorsque de tels événements se répètent et dont l’efficacité peut être étudiée pour une application future. La relation entre le changement climatique et le tourisme est bidirectionnelle et la contribution des émissions de gaz à effet de serre du secteur, bien qu’incertaine, est d’une ampleur considérable.

 

Le ministère estime nécessaire, dans ce sens, de développer des programmes qui analysent la contribution du secteur avec des stratégies pour minimiser lesdites contributions. Sur l’ensemble des émissions du secteur, on estime que jusqu’à 75 % sont liées aux transports, notamment aériens.

 

Il y a des signes que tôt ou tard le secteur de l’aviation devra développer un rôle plus actif dans la réduction des émissions, assumant ses responsabilités en tant que l’un des plus grands émetteurs et compte tenu des attentes de croissance attendues pour le secteur dans les années à venir. .

 

Quelles que soient les mesures prises, les conséquences pour le transport de voyageurs, et donc pour le tourisme, peuvent être très importantes. Par conséquent, et parallèlement à l’étude des émissions du secteur, il est nécessaire de développer des études qui explorent les conséquences que les mesures d’atténuation peuvent avoir sur le tourisme dans notre pays, et en particulier sur le flux de voyageurs vers les communautés insulaires.

 

 

Cliquez ici pour lire l’article original 

 

Solverwp- WordPress Theme and Plugin