Bizarre ! « Alicante » était le nom d’une bête mythique d’origine médiévale

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn

« Une espèce de serpent connue au pays de Séville, courte d’environ un mètre et demi, épaisse comme une jambe d’homme, dont la plus grosse tête correspond à cette taille » Alicante, la bête mythique devenue vipère andalouse ou serpent mexicain inoffensif
Le terme «Alicante» a été utilisé historiquement pour nommer un dragon ou un basilic ou plus récemment différents serpents.

Le Dictionnaire des autorités (1726-1739), le premier document de ce type rédigé par l’Académie royale espagnole, n’incluait pas seulement le terme «Alicante» l’adjectif pour la province ou le sens familier de «Alicante» comme «ruse, ruse ou malice avec laquelle il est destiné à tromper ». Il a également révélé une histoire beaucoup plus étonnante.

« Alicante » était le nom d’une bête mythique d’origine médiévale: « Une espèce de serpent connue au pays de Séville, courte d’environ un mètre et demi, épaisse comme une jambe d’homme, dont la plus grosse tête correspond à cette taille » . Et il a continué: « Il a beaucoup de dents comme des crocs de chat, la peau tachée comme du brun foncé sur un champ de cendres, et à un moment il était vert clair. Les tâches qui forment les taches sont comme chez la vipère. C’est féroce et attaque mais ne le dérange pas. Son venin est mortel, et plus encore sa force, qu’il a tendance à déchirer et tuer un homme. On le trouve rarement.  »

Le premier serait le plus toxique et le plus mortel, tandis que le «poison» du deuxième et du troisième ne serait pas dangereux pour l’homme. En ce sens, l’auteur recueille des dictons populaires qui ont survécu au fil du temps: « Si l’Alicante voyait et la vipère entendait, il n’y aurait pas d’homme qui irait sur le terrain » ou « Si l’Alicante vous mord, appelez le prêtre à chanter pour vous « .

En fait, il y a des endroits où se trouve traditionnellement la bête, qu’elle soit mythique ou réelle, comme la grotte de Gato à Benaoján (Sierra de Ronda, Malaga). Il parle d’un être mythique appelé « Alicante », plus semblable au basilic – selon le RAE « animal fabuleux, auquel on attribuait la propriété de tuer à vue -, qu’à une salamandre.

SOURCE :ELESPANOL.COM

Plus d’information sur : https://www.elespanol.com/alicante/20210515/alicante-bestia-mitica-andaluza-inofensiva-culebra-mexicana/579443247_0.html?fbclid=IwAR2eX2QY3H3LufNSDJJ7BI0avfEyU4fyXy17uwJIwAzRoMCbqCIP4pO1v0w

Articles même catégorie