Le secteur immobilier explose en 2021 avec une demande internationale latente et une hausse des prix

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur linkedin
LinkedIn
Fiscalité

Le secteur immobilier de la province d’Alicante part à la conquête de la nouvelle normalité, en attendant l’évolution de la pandémie (notamment le taux de vaccination et l’évolution des restrictions) mais avec la confiance d’avoir connu une croissance exponentielle au premier trimestre 2021 , toujours avec une demande internationale «étouffée» par la fermeture des frontières. La professionnalisation du secteur après la crise de 2008, la stabilité de la demande et le financement des grands investisseurs sont quelques-unes des clés dans un contexte de hausse des prix de la construction neuve.

Telles sont les grandes conclusions du forum sur le marché immobilier organisé ce mardi par Alicante Plaza à l’hôtel Hospes Amérigo d’Alicante, parrainé par Grupo Levantina, TM Grupo Inmobiliario et Olivares Consultores, et qui a réuni Pablo Serna, PDG de TM Grupo Inmobiliario; Sebastián Fullana, directeur des projets et de la distribution du Grupo Levantina; Cristina Morató Sesé, déléguée à Alicante d’Olivares Consultores; Juan López, directeur territorial d’Aedas Homes; Jaime Orquín, PDG de Grupo Fil; Alfredo Milla, PDG de Sonneil; Juan Pérez Ripalda, directeur de Cívica Homes; Nacho Amirola, PDG d’Euroval; o Emilio Vicedo, président du Collège des architectes d’Alicante; Adrián Santos; Conseiller à l’urbanisme d’Alicante; Eduardo Dolón, maire de Torrevieja; et Lourdes Caselles, conseillère en urbanisme de Benidorm.
Pablo Serna (TM) a estimé que « la demande veut revenir à la normale, en mars nous avons eu des ventes très élevées qui se sont poursuivies en avril », et a lié l’évolution à court terme à la mobilité. « Le secteur est beaucoup plus consolidé que lors de la crise précédente et nous en verrons les fruits l’année prochaine, car la demande va se maintenir et même croître », a-t-il prédit. De Levantina, Sebastián Fullana voit la situation avec optimisme. « L’approvisionnement en matériaux a été très important sauf pour les trois mois de confinement, puisqu’il n’y a pas d’autres dépenses, nous avons bénéficié des économies disponibles pour les rénovations. » Quant à la nouvelle construction, «le pire est passé et il y a eu des pics très importants», tandis que les problèmes internationaux comme le canal de Suez ouvrent «des opportunités pour les produits locaux».

La directrice d’Olivares Consultores, Cristina Morató, est « optimiste avec une prudence raisonnable », car « l’impact de la pandémie a été moins important dans l’immobilier que dans d’autres secteurs, et dans la logistique, il a même augmenté; la photo n’est pas de loin la 2008 « . La demande a bien résisté à 2020 et l’immobilier «est devenu une valeur refuge pour les investisseurs». Avec la maîtrise de l’offre et la demande soutenue, «les prix ont également été maintenus». Alfredo Milla, de Sonneil, indique que son activité « a été très impactée par la mobilité, avec de très bons mois et d’autres très mauvais ». Selon lui, avec le vaccin, la tendance « peut changer radicalement, il y a des perspectives très positives car la demande est » stagnante « , dans une impasse ».

Du côté des promoteurs, Juan López de Aedas a fait la distinction entre le marché de la construction neuve et le marché du logement d’occasion, et a souligné que dans le premier, le prix est maintenu et commence à augmenter. «Nous espérons que lorsque la vaccination atteindra 50%, en juillet, la situation commencera à s’améliorer», et qu’un changement de tendance vers le télétravail, les grandes terrasses et jardins progressent, «quittant la grande ville». « Au premier trimestre, nous avons réalisé un excellent niveau de ventes, mais l’évolution dépendra du covid. » Javier Ripalda, de Cívica, a également attiré une « demande soutenue après deux mois de folie en mars et avril, qui se poursuivra en 2021 ». Comme points forts, il a souligné la professionnalisation du secteur et l’entrée de nouveaux acteurs, mais du côté négatif il a regretté le manque de financement («il faut travailler avec nos propres ressources») et que le terrain que les grands acteurs ont obtenu au prix de la faillite dans la crise précédente s’épuise, ce qui affectera les prix.

Jaime Orquin, du Groupe Fil, a souligné que le client international est « ravi de la province » et agit en tant que prescripteur, tandis qu’Emilio Vicedo a indiqué que les architectes ont commencé à percevoir une reprise dans le démarrage du logement en mars et avril, avec «un certain optimisme», et l’apparition «d’autres formes d’investissement: cohabitation, coliving, patrimoine familial». Il a également mis en valeur le chiffre de l’ECUV pour accélérer les licences car « on ne peut pas se permettre de prendre deux ans ». Nacho Amirola, d’Euroval, a confirmé que « nous voyons comment le nombre de transactions augmente et qu’au premier trimestre, la demande avec garantie hypothécaire a été bien plus élevée que prévu ». Aussi, « le prix de la construction neuve est en hausse, et tous les indicateurs confirment que le secteur est sain ».

De leur côté, les représentants de l’administration ont souligné le travail des municipalités pour soutenir l’activité. Adrián Santos a rappelé que « nous avons simplifié la bureaucratie et rationalisé les projets afin de ne pas bloquer les investissements, avec des licences pour les projets prioritaires et les ECUV, bien que cela ne soit pas toujours atteint ». Le maire a également souligné qu ‘ »aucune entreprise n’a renoncé à l’agrément demandé », comme indicateur de la solidité du secteur, et a souligné qu’en 2020 le volume des demandes était similaire à celui de 2019 malgré la crise. Lourdes Caselles a révélé qu ‘ »il y a plus de 900 logements en construction à Benidorm, qui se tourne vers la deuxième résidence et attire les télétravailleurs », tandis qu’Eduardo Dolón considérait que nous étions dans un « moment d’inflexion » et soulignait que son conseil avait créé un direction générale pour promouvoir la gestion de l’urbanisme.

Forum organisé par Alicanteplaza à l’hôtel Hospes Amérigo d’Alicante,

SOURCE : alicanteplaza.es

https://alicanteplaza.es/el-colegio-de-arquitectos-tramita-la-primera-licencia-ecuv-para-la-promotora-somium

Articles même catégorie